TECH-WAY pour tous vos besoins en dératisation, désinsectisation, VO, VMC, ramonage, ventilation, protection incendie et travaux d’entretien.

Blattes et Cafards

Les solutions TECH-WAY contre les blattes

Les blattes, appelées également cafards, sont des insectes nuisibles à deux titres : elles représentent un véritable risque sanitaire, étant porteuses de maladies telles que gastro-entérites, salmonélose, dysenterie ou tuberculose et elles causent également des dégâts importants. Particulièrement voraces, les cafards s’attaquent aussi bien à l’ensemble des denrées alimentaires qu’au papier, au carton, …

Dans un hôtel ou un restaurant, la présence de cafards est immédiatement associée à un manque d’hygiène, synonyme de perte de clients et donc de chiffre d’affaires.

Les prestations préventives et curatives sont réalisées à l’aide de biocides accessibles uniquement aux professionnels. Il s’agit d’insecticides très efficaces qui vous garantissent l’éradication de l’infestation. Les équipes TECH-WAY qui interviennent chez vous sont de véritables experts formés et certifiés pour utiliser ces produits. Il existe différentes typologies de traitement pour se débarrasser de cafards : application de gel, pulvérisation, fumigation, … chaque type de traitement correspond à l’environnement (restaurant, hôtel habitation, …) aux types de surfaces à traiter et à l’ampleur de l’infestation.

Notre technicien TECH-WAY déterminera les moyens les plus adaptés à mettre en oeuvre. Il va en particulier définir quelles sont les zones à traiter. Compte tenu de la faible activité des blattes pendant la journée, il est important de définir de façon exhaustive tous les lieux de passage probables pendant la nuit.

Chacune des prestations TECH-WAY s’articulera ainsi autour d’un process rigoureux :

1

Diagnostic
et identification

Détermination de l’espèce de blattes concernée, les facteurs explicatifs de l’apparition de l’infestation, les voies concernées.

2

Préparation
du traitement

En particulier un travail de dégagement des abords, et si besoin le débarras ou le nettoyage de zones susceptibles d’encourager l’infestation de cafards.

3

Mise en place
du traitement

4

Suivi de la disparition
de l’infestation

En savoir plus sur les blattes et cafards

Lucifuges et très rapides, ces insectes sont particulièrement difficiles à repérer. Ils se cachent en particulier dans des zones chaudes, humides et sombres. Dès la tombée de la nuit, les cafards prennent possession de l’ensemble des salles d’eau, des cuisines et des gaines techniques, provoquant de multiples dégradations.

Si vous constatez la présence d’un cafard, agissez donc sans attendre : une femelle peut se reproduire 6 fois par an. Après fécondation de la femelle, les œufs se développent à l’intérieur d’une capsule appelée oothèque, laquelle » peut contenir entre 30 et 40 nymphes. Et si la rencontre avec le cafard se fait en pleine journée, cela signifie généralement que l’invasion est déjà significative.

Identifier les différentes espèces de blattes et cafard puis réagir

La blatte germanique

Une des espèces les plus répandues en France. Elle ne mesure que 12 mm
en moyenne, elle a une couleur jaune brunâtre et deux ailes qui lui permettent de planer mais pas de voler véritablement. Elle privilégie les températures entre 25° et 35°, et comme les autres espèces se réfugie dans des lieux obscurs jusqu’à la tombée de la nuit.

La blatte orientale

Un peu plus grosse que la blatte germanique, la blatte orientale dépasse les 25 mm. Sa couleur est nettement plus foncée tirant vers le brun foncé pour le mâle et le noir pour la femelle. Amatrice des zones encore plus humides, mais moins chaudes, vous la trouverez souvent dans des caves, des canalisations.

La blatte américaine

Couleur brun orange, elle est plus grosse que les 2 premières avec une taille
qui peut dépasser les 30 mm. Comme la blatte germanique elle ne vole pas mais peut se déplacer en planant. D’origine africaine, c’est aujourd’hui l’espèce la plus répandue dans le monde. Elle prolifère dans des endroits chauds et humides tels que les égouts, les cuisines, les serres, …

Compte tenu de la voracité et des risques sanitaires associés à la présence de cafards, il est fortement recommandé de traiter le problème sans tarder. Dans la plupart des immeubles d’habitation, il est d’ailleurs d’usage de mettre en place un contrat de prévention avec un prestataire tel que TECH-WAY pour vous prémunir de toute infestation. C’est aussi pour vous la garantie d’une intervention immédiate si des premiers spécimens apparaissent.

Pour ne pas avoir de cafards chez soi ou dans son restaurant, il faut avant tout éviter de les attirer puis de les nourrir : si vous évitez de laisser trainer de la nourriture, si vous pensez à bien les conserver de façon hermétique, si vous videz vos poubelles, si vous pensez à bien nettoyer les zones sous les appareils électroménagers, vous diminuerez de façon très significative les risques d’infestation.

Et s’il ne fallait retenir qu’un conseil au sujet des cafards, ce serait de ne jamais en écraser un lors d’un face à face ! Les femelles portent leurs oeufs dans des oothèques : en écrasant le cafard, vous risquez d’ouvrir cette poche et libérer 20 à 30 nymphes… en particulier s’il s’agit d’une blatte germanique qui porte son oothèque jusque quelques heures avant l’éclosion des oeufs.

FAQ

Quelles différences entre blattes, cafards et cancrelats ?

En réalité, ces trois noms font référence au même insecte. Le cafard, synonyme de blatte, était le nom donné à la blatte orientale dans le passé, de même que le Cancrelat était le nom donné à la blatte américaine autrefois.

Les blattes sont elles capables de voler ?

Oui certaines espèces. En France, les espèces les plus répandues ne volent pas mais les blattes américaines peuvent planer par exemple à partir d’un meuble haut.

Les cafards sont ils porteurs de maladie ?

Oui, les cafards font partie des nuisibles les plus dangereux pour l’homme. La liste des maladies qu’ils sont susceptibles de transmettre est longue. On peut citer la salmonellose, la dysenterie, la tuberculose, les gastro-entérites, … Bien souvent, ce sont des aliments souillés par des excréments des cafards qui transmettent les maladies. Mais dans une cuisine, les ustensiles, la vaisselle, les appareils électroménagers souillés peuvent eux aussi être des vecteurs de transmission.

Comment identifier la présence de blattes?

Bien souvent, le premier contact s’établit lors d’un face à face avec un cafard au milieu de la nuit en allumant une lumière de façon impromptue. Et pourtant il existe des signes avant-coureurs tels que des restes de cocon ou d’oothèque, des traces d’excrément à proximité de leurs cachettes, l’apparition d’une odeur nauséabonde caractéristique de leurs phéromones, ou des dégâts alimentaires, en particulier sur les fruits.

Où faut il chercher les blattes quand on soupçonne leur présence ?

De façon générale, il faut chercher les cafards dans les endroits sombres, chauds et humides et là où les blattes trouveront de quoi se nourrir :

  • Les cuisines d’hôtels ou de restaurants
  • Les locaux poubelles, les vide-ordures
  • Les buanderies
  • Les sanitaires
  • Les salles de douche, les salles de bains
  • Les chaufferies
  • Les conduites d’eau, de chauffage

Quelles sont les obligations de traitement?

Les obligations règlementaires interviennent à trois niveaux distincts :

  1. Tout d’abord les Règlements Sanitaires Départementaux demandent aux occupants de logements ou de locaux de préparation d’aliments de lutter contre les cafards.
  2. Dans les secteurs de l’industrie agro-alimentaire et dans la restauration, la réglementation européenne impose de respecter la démarche HACCP pour l’analyse des risques et la prévention de la présence de blattes.
  3. Plus récemment la loi Elan demande à tous les propriétaires de veiller à l’absence de nuisibles au moment d’un changement d’occupant.

Les traitements agissent-ils sur les oeufs des blattes ?

Non, absolument pas. C’est la raison pour laquelle les traitements doivent avoir un effet dans la durée : il faut éliminer les cafards adultes puis ceux nés dans un second temps.

Si je trouve encore des cafards, plusieurs jours après l’intervention d’un prestataire est-ce normal ?

Oui, parfaitement. Il faut compter plusieurs semaines avant que la disparition de l’infestation soit totale.

Peut on résoudre un problème de cafard soi-même ?

Oui, il est toujours possible de traiter ce type d’infestation soi-même. Attention néanmoins à prendre en compte les éléments suivants :

  • Seul un applicateur hygiéniste certifié est autorisé à utiliser les produits destinés aux professionnels. Ces produits étant dangereux, vous ne pouvez pas y accéder, en tant que particulier.
  • Le traitement nécessite un véritable savoir-faire pour identifier les espèces, le traitement approprié et la meilleure façon de le mettre en place.

Actualités